Devenir rentier immobilier est à la portée de tous. Avec une bonne dose de stratégie et de persévérance, il est possible en France grâce à l’emprunt bancaire de s’enrichir grâce à l’immobilier, sans attendre la fin du crédit.

Que signifie « être rentier » ?

Attention, rentier ne veut pas dire riche. Vous pouvez très bien être rentier sans être riche. Ou être riche sans être rentier.

En fait, tout dépend de la définition que vous donnez au mot « riche ». Est-ce que riche pour vous signifie posséder 1 million d’euros sur votre compte bancaire ? 10 millions ? Ou gagner 2000€ par mois à vie sans travailler ?

Pour moi, devenir rentier immobilier signifie recevoir une somme d’argent tous les mois sous forme de loyer, suffisante pour en vivre et arrêter de travailler.

Reste pour vous à déterminer de quelle somme d’argent vous avez besoin pour vivre chaque mois. Certains voudront 2000€, d’autre voudront 10000€. Mais le principe d’indépendance reste le même. Dès lors que vous pouvez subvenir à vos besoins sans travailler (donc échanger votre temps contre de l’argent), je considère que vous êtes un rentier immobilier.

Que faut-il faire pour devenir rentier immobilier ?

Pour devenir rentier immobilier, il faut que vous réussissiez à percevoir suffisamment de loyers pour en vivre confortablement.

Mais attendez 2 secondes, comment percevoir des loyers ? Vous allez devoir acheter des biens et les mettre en location.

Vous n’avez pas d’argent pour acheter des biens ? Pas de problème, vous allez pouvoir (si vous savez comment parler à la banque) emprunter pour acheter ces biens immobiliers. Mais pas n’importe lesquels.

Quels biens immobiliers faut-il acheter ?

Il faut trouver ce que l’on appelle « une bonne affaire ». Une bonne affaire est un bien qui s’autofinance. C’est à dire que le montant que vous allez devoir injecter chaque mois pour le remboursement de votre crédit, les charges de copropriété, la taxe foncière, etc doit être inférieur au montant des loyers que vous allez percevoir.

Pour faire simple : si vous devez payer chaque mois 1000€ tout compris pour ce bien, mais que ce dernier vous rapporte 1500€ de loyer, vous gagnez alors 500€ tous les mois. Comprenez bien que ce que vous gagnez pour vivre, dans votre poche, c’est la différence entre vos charges et vos loyers. Si votre loyer est de 1500€, mais si vous avez 1000€ à payer chaque mois, il ne reste « que » 500€, ce qui est déjà très bien, je vous rassure.

Avec 500€, vous n’allez pas pouvoir vous arrêter de travailler

Effectivement, vous allez devoir constituer un différentiel entre vos charges et vos loyers, suffisamment important pour atteindre votre objectif de rentier.

À vous de sélectionner de biens qui répondent à cet objectif. Inutile de vous griller les ailes avec des biens trop gros. Vous pouvez commencer petit avec une simple place de parking pour vous faire la main, poursuivre avec un appartement, et finir avec un immeuble de rapport.

L’essentiel, c’est de vous assurer que l’opération que vous vous apprêtez à réaliser dégage bel et bien un cashflow positif. Ne faites pas l’erreur de regarder uniquement la rentabilité. Même un 10% de rentabilité ne dégage pas obligatoirement un cashflow positif. De même qu’une rentabilité explosive de 20% par exemple ne signifie pas que vous allez toucher un très gros cashflow.

Par exemple une place de parking peut facilement dégager 20% de rentabilité, mais le cashflow sera très faible en valeur absolue. Mieux vaut avoir 10% de rentabilité avec 500€ de cashflow, que 20% de rentabilité avec un cashflow de 50€, vous ne trouvez pas ?

Le maître mot : le cashflow

Je pense que vous l’avez compris, pour devenir rentier immobilier, vous devez vous concentrer sur le cashflow. Soyez pragmatique, vous êtes un investisseur. Vous n’achetez pas votre résidence principale, vous êtes là pour gagner de l’argent ! Vous devez donc faire parler les chiffres et vous y tenir. Si une opération ne dégage pas la rentabilité que vous souhaitez, poursuivez les visites. Jusqu’à ce que vous trouviez la bonne affaire.

Share This